Siège de la CENI

Amadou Salif KEBE Président de la CENI

Siège de la CENI

CENI TV

Le 26 novembre, après l’étape de Guéckédou, l’équipe multimédia de la CENI s’est rendue à Macenta toujours dans le cadre de la mission de mise à jour de la cartographie des bureaux de vote et du lancement des opérations de gestion des candidatures des élections communales.

La préfecture de Macenta comprend 15 circonscriptions électorales dont 14 communes rurales et une commune urbaine.

Mme. Marie-Louise Dopavogui, présidente de la CEPI, a fait l’état des lieux de la mission dans sa circonscription électorale. « Dans le cadre de la formation, nous avons reçu des séries de formation. La première, c’est concernant la mise à jour de la cartographie et l’affectation des électeurs dans leurs bureaux de vote. La deuxième, c’est la formation des membres des commissions de réception, de gestion et de validation des candidatures. Nous avons reçu aussi le matériel informatique que nous en train de distribuer dans les CESPI. Ce sont les ordinateurs et tous les accessoires ». Parlant de la mise à jour de la cartographie des bureaux vote, Mme. Dopavogui a déclaré que Macenta a des bureaux de vote qui dépassent 600 électeurs. « Nous avons la possibilité de les réajuster sans créer de nouveaux bureaux de vote. Pour le moment, nous avons enregistré dix cas ». S’agissant du découpage administratif, la présidente de la CEPI affirme que Macenta a enregistré de nouveaux quartiers et de nouveaux districts. « La CENI a reçu une partie de la création que l’administration l’a remis. Mais à l’heure où je vous parle, il y a des districts et des quartiers qui ne figurent pas dans le découpage électoral de la CENI. La faute ne vient pas de la CENI, mais parce que la liste a été tardivement déposée à la CENI. Donc, elle n’a pas pu intégrer ces quartiers et districts dans sa base de données. Nous avons sensibilisé les autorités locales parce qu’elles sont venues nous voir pour connaître les raisons de leur omission dans le découpage électoral. Nous leur avons dit que ce n’est pas un problème. Vous allez rester là où vous étiez avant, vous restez district administratif, mais dans le cadre de ces élections, vous restez comme secteur », a conclu Mme. Marie-Louise Dopavogui.

Le chef de mission des informaticiens, Mamadi Mouctar Fofana, a ajouté que : « Nous sommes dans le quartier Banizé. Nous avons procédé au réajustement des bureaux de vote qui dépasse 600 électeurs. Il y a trois bureaux de vote qui dépassent la norme des 600 électeurs. Nous avons soutiré 125 électeurs dans le premier bureau de vote, 121 électeurs dans le deuxième et le troisième 200 électeurs. Nous avons réuni ces électeurs pour créer un nouveau bureau de vote 446 électeurs dans le même centre de vote ».

Souana Doré