Siège de la CENI

Amadou Salif KEBE Président de la CENI

Siège de la CENI

CENI TV

Dans l’optique de moderniser le traitement de données et la gestion des candidatures lors des élections communales, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) s’est dotée d’un logiciel de gestion des candidatures.

Ce 7 novembre, dans un réceptif hôtelier de Conakry, elle a présenté, à travers la société SOFTDEV-Guinée, cette application dénommée SOLGEC (Solution de Gestion Electronique des Candidatures) aux acteurs du processus électoral. Son but est de faciliter la gestion des candidatures multiples, le traitement des données des candidats, la numérisation des documents des candidats et la génération des données pour la production des bulletins de votes dans un bref délai. Il faut préciser que SOLGEC est une application client/serveur. La cérémonie de présentation officielle a connu la présence des représentants des partis politiques (Mouvance et Opposition), de la société civile et des partenaires techniques et financiers, le Président de la CENI, Me Amadou Salif Kébé, les commissaires et les cadres assistants de la CENI.

Dans son discours de bienvenue, le Directeur du département des opérations, Etienne Soropogui, a rappelé qu’après les missions de remobilisation des démembrements de la CENI et l’état des lieux sur le niveau de préparation des élections communales, la mission d’affichage des listes électorales provisoires de mise à jour et de lancement des opérations de gestions des candidatures s’annonce comme une opération majeure pour la bonne tenue des élections prochaines. Il a ajouté qu’au terme de l’Accord du 12 octobre 2016, les élections communales doivent se tenir sur la base du fichier électoral utilisé lors de l’élection présidentielle de 2015. « L’affichage des listes électorales provisoires de mise à jour permettra de faciliter l’identification et la relocalisation des électeurs d’une part et d’autre part la stabilité des bureaux de vote dont le nombre dépasse les 600 électeurs et conformément au nouveau Codé électoral. L’installation des commissions de gestion et de traitement des dossiers de candidatures dans l’ensemble des circonscriptions électorales de notre pays assure le caractère inclusif et une totale transparence à ces prochaines consultations électorales ». M. Etienne Soropogui précise que c’est dans le souci de moderniser le traitement de données et la gestion des candidatures lors des élections communales que la CENI en collaboration avec de jeunes ingénieurs informaticiens s’est dotée d’une application dénommée SOLGEC (Solution de Gestion Electronique des Candidatures).

Dans son discours d’ouverture, le président de la CENI, Me Amadou Salif Kébé, a réitéré la nouvelle vision de son institution qui consiste à aller ensemble avec tous les acteurs du processus électoral dans la même direction. Il a insisté que cette vision est la seule qui vaille parce qu’elle permet à la CENI d’organiser des élections libres et transparentes dans un climat apaisé. « Les élections communales sont des élections de proximités dont résulteront les gouvernances locales. C’est là que l’on pose avec détermination la pierre angulaire de la démocratie dans un pays. Pour ce faire, un grand nombre d’opérations sera mis en œuvre par les démembrements de la CENI. Ce qui requiert un programme conséquent de renforcement de capacités techniques et institutionnelles. La gestion des candidatures étant une étape très sensible a cru devoir à juste titre mettre au point avec des jeunes ingénieurs guinéens un logiciel approprié dénommé SOLGEC ». Il estime qu’il est important pour les acteurs et partenaires majeurs et incontournables du processus électoral qu’ils comprennent tout le mécanisme de gestion des candidatures pour leur permettre de prendre et de faire prendre par leurs représentants à la base des dispositions qui sont les leurs afin de donner à cette opération la fluidité que la CENI souhaite y imprimer. « Quelques soit la fiabilité de la technologie utilisée dans une élection, si elle n’est pas partagée avec les parties prenantes que vous êtes, la mise en œuvre de manière concertée et consensuelle, elle créée l’effet contraire des objectifs visés et favorise ainsi la suspicion, la méfiance, les rumeurs qui compromettent dangereusement la crédibilité et la transparence du processus », a conclu le Président de la CENI.

Après la séance de démonstration sur l’application SOLGEC et les questions-réponses, le directeur des opérations, Etienne Soropogui, a fait la revue à mi-parcours du déroulé des activités de la CENI. Un acte qui a assuré davantage les acteurs de la maîtrise par la CENI des opérations inscrites dans son chronogramme des élections communales 2018.

Souana Doré