Siège de la CENI

Amadou Salif KEBE Président de la CENI

Siège de la CENI

CENI TV

A l’instar des autres préfectures du pays, l’opération de relocalisation des électeurs a effectivement commencé depuis deux semaines à Kankan.

Mais sur le terrain, la présidente de la CEPI, M’Balou Kaba, affirme que le constat est à moitié bon. Elle explique que depuis  l’arrivée de la mission le 20 septembre, il y a eu la formation des sous préfets, des présidents des CESPI, des chefs de quartiers et de districts par rapport à l’opération de relocalisation des électeurs de la circonscription électorale de Kankan. « Suite à la formation, toutes les fiches  d’électeurs des 12 sous-préfectures de Kankan  sans oublier celles de  la commune urbaine ont été reparties. Dans les sous préfectures, les fiches ont été reparties par  districts et secteurs. Contrairement à la commune urbaine, les fiches ont été très mal  imprimées. Quand on prend par exemple une fiche de la  commune urbaine de Kankan, l’on peut  retrouver les électeurs de 8, 9 ou 11  quartiers sur une même fiche », a signalé  Mme. Kaba.

La présidente de la CEPI précise que c’est à cause de ce problème que les opérations de relocation des électeurs  n’ont pas encore commencé  dans la commune urbaine de Kankan. Mme. M’Balou Kaba informe qu’ils ont demandé à la  CENI centrale de réimprimer les listes de la commune urbaine par quartier et par secteur pour que le travail puisse commencer.
Toutefois, elle rassure que dans les 12 sous-préfectures tout se passe bien. Les électeurs sont affectés dans les bureaux de vote. Ceux qui sont loin ont été rapprochés de leurs secteurs.

Selon elle, lors de la présidentielle de 2015, l’une des difficultés majeures rencontrées à Kankan, était la mauvaise répartition des électeurs, car il y a eu des électeurs qui étaient à 30 km de leurs bureaux de vote. Cela avait pratiquement empêché certains électeurs d’accomplir leur devoir civique. « D’où l’importance de la présente mission de la CENI qui va à coup sûr résoudre le problème d’éloignement des électeurs des bureaux de vote sur toute l’étendue du territoire ».

Le coordinateur de la mission de relocation des électeurs  à Kankan, Dr. Sory Sidibé, commissaire et Directeur des opérations de la  CENI, a le problème dans son texte. « Le problème n’est pas autre chose. C’est que le tirage des  fiches à photos de la commune urbaine a été fait selon le critère secteur. Il y a  27 quartiers dans la commune urbaine  de Kankan et il faut comprendre que chaque quartier a un secteur 1, 2, 3 ainsi de suite. Si vous lancez  l’impression selon le critère secteur, tous ceux qui sont du secteur 1 de différents quartiers peuvent se retrouver sur  la même fiche. C’est ce qui est arrivé. Autrement dit, nous avons présentement des fiches imprimées sur lesquelles, on retrouve 3, 4 jusqu’à 10 quartiers. C’est pourquoi, on est en retard à Kankan » a expliqué  Dr. Sidibé.

Pour lui, la conséquence directe de cet état de fait est que la commune urbaine ne peut pas être prête avant la date butoir du 5 octobre. Il y aura un nombre de jours supplémentaires pour achever les travaux dans la commune urbaine de Kakan.

Il faut noter que la préfecture de  Kankan compte 609 bureaux de vote pour  253 883 électeurs selon les données de la présidentielle de 2015. Tous les acteurs du processus électoral de cette circonscription sont à pied d’œuvre pour atteindre les objectifs de cette mission de relocalisation des électeurs et de l’actualisation de la cartographie des bureaux de vote.

Mamadouba Conté