Bakary FOFANA
Siège de la CENI

Bakary FOFANA

Président de la CENI

Siège de la CENI

CENI TV

Le 27 septembre, l’équipe multimédia de la CENI était à Boké pour la couverture médiatique de la mission de relocalisation des électeurs et l’actualisation de la cartographie des bureaux de vote.

El Hadj Sékou Souaré, président de la CEPI de Boké, a dit : « Boké est préparé à l’opération bien qu’on n’a pas démarré à 100%. C’est depuis hier (26 septembre, ndlr) que nous avons envoyé des missionnaires sur le terrain. Aujourd’hui, au niveau des ¾ des sous-préfectures, le travail a déjà commencé. La commune urbaine est en train de se préparer. Demain, les différents quartiers et districts de la commune vont engager cette opération. Mais ce que je puis vous dire, c’est que depuis l’atelier organisé par la CENI qui a regroupé les sous-préfets, les administrateurs territoriaux (secrétaires généraux de la préfecture et les secrétaires généraux de la commune) et les présidents de CESPI, les gens ont été déjà préparés à recevoir les différents missionnaires composés essentiellement des opérateurs de saisie. Ces opérateurs ont formé et à l’issue de cette formation, il y a eu une évaluation. De 94 personnes, on s’est retrouvé avec 12 personnes qui sont aujourd’hui affectées dans les neuf sous-préfectures et la commune urbaine ». Selon le président de la CEPI, « il n’existe pas beaucoup de problèmes à Boké. Parce que les opérations de corrections qui ont été faites précédemment ont aboutis à de très bons résultats ».

Toutefois, M. Souaré indique les problèmes seront liés aux zones enclavées. « Mais on a augmenté le nombre de bureaux dans les îles pour ne pas amener les gens à faire trop de déplacements. En dehors de cela, tous les bureaux qui auront 700 électeurs ou plus seront éclatés pour créer de nouveaux bureaux de vote. Toute cette approche est déjà réunie par la formation de Mme. Camara, directrice de la Planification », a jouté El Hadj Sékou Souaré. Des difficultés ? « Nous avons un premier problème d’abord, c’est le problème d’électricité pour les ordinateurs. Nous avons peur quand les machines sont dans les villages, elles soient soumises à ces petits moteurs qui risquent d’avoir des effets sur les charges. Nous avons aussi des petits problèmes qui vont se poser, mais les engins étant à leur disposition. On pourra s’en sortir parce qu’on a demandé aux démembrements de mettre les engins à la disposition des missionnaires. Il y a des primes symboliques pour les sous-préfets, les présidents de districts et les chefs de secteurs. C’est pourquoi les gens sont un peu motivés. La mission tombe à la période des pluies, de récolte, il faut en tenir compte. La mer est encore agitée. Les zones de bowé sont difficiles à parcourir aussi ».

M. Mohamed Ganganta Sylla, ingénieur informaticien et opérateur de saisie pour la commune urbaine de Boké, a expliqué la façon de remplir les fiches : « Quand on prend un électeur, on ne change les noms ni sa date de naissance, mais on s’intéresse à son secteur et à son bureau de vote. On remplit la préfecture, puis commune, district, secteur, centre de vote, bureau de vote et le code de BV donné par la CEPI. Si la personne désire changer de bureau de vote pour être est plus proche de chez lui, on le fait ».

El Hadj Nouhan Kaba, secrétaire général de la commune urbaine de Boké, a ajouté : « Nous avons invité les chefs de quartier et les présidents de districts pour être la même route que la CENI. Elle a organisé une formation ici pour nous expliquer comment corriger les documents qu’ils ont envoyés. J’ai demandé à ce que tous ces chefs de quartier et présidents de districts viennent assister parce que ce sont eux qui sont acteurs à la base. Les travaux ont commencé ».

La commune rurale de Kolaboui

M. Seyni Soumah, président de la CESPI de Kolaboui, explique le déroulement de la mission dans sa circonscription. « Les fiches sont arrivées au niveau des démembrements et nous avons reçu les nôtres. Au jour d’aujourd’hui,  les membres de la CESPI et les élus locaux sont attelés à cette mise à jour de la cartographie. Les gens sont déjà dans les districts et dans les secteurs pour que ce travail se passe bien. Il a bien démarré et il se poursuit ». Parlant des rapports de la CESPI avec les autorités locales, le président de la CESPI déclare qu’ils conjuguent les mêmes verbes avec les autorités locales, elles se sont mises à la disposition de la CESPI. « Parce que ces élections sont des élections de proximité, tout le monde est concerné. Nous n’avons pas de problèmes avec les autorités ». Du côté des citoyens, il affirme qu’ils ont eu trois rencontres d’abord avec les élus locaux (chefs secteurs et présidents districts) à qui ils ont expliqué comment le travail doit se faire, ensuite les partis politiques qui sont sur le terrain, les autorités locales et les organisations de la société civile pour que chacun s’intéresse à la chose. « Il y a de l’engouement parce que les dé sont jetés. Chacun veut cette fois-ci que son homme soit celui qui passe. Les gens s’intéressent à l’opération, ils veulent se faire une situation normales avant les élections locales ». Parlant de la création de nouveaux bureaux de vote, le président de la CESPI dit qu’ils ont demandé la création de deux nouveaux bureaux de vote lors de la dernière mission de la CENI. « Avec les fiches qui sont venues, cette demande n’a pas été prise en compte, mais le coordinateur a prévu de venir pour régler ce problème. Nous attendons vraiment que ces bureaux de vote soient créés. Un bureau doit être créé dans le secteur de Remblai parce qu’ils ont beaucoup d’électeurs qui sont dans le bureau de Babadia qui a 789 électeurs. Donc il éclaté ce bureau pour que Remblai ait sont bureau de vote. Le second bureau doit être créé à Kadioun à cause de la distance. Les électeurs de Kadioun viennent voter à Kounissa dans Segoboli. Cela fait 12 km. Lors des élections, les partis politiques sont obligés de louer les véhicules pour convoyer les électeurs ».

Il faut noter que le commissaire superviseur de la préfecture de Boké est Mme. Djenab Touré, Directrice du département Planification et Fichier électoral de la CENI.

Souana Doré