Siège de la CENI

Amadou Salif KEBE Président de la CENI

Siège de la CENI

CENI TV

Du 14 au 18 juin, s’est tenue, à Conakry, une formation BRIDGE (Bâtir des Ressources en Démocratie, Gouvernance et élections)  à l’intention de 36 journalistes de la presse publique et privée.

Au terme des cinq jours d’échange, certains journalistes ont livré leurs sentiments.

Idiatou Diallo, Groupe Evasion Guinée
« Nous sortons d’une formation super intéressant sur  le BRIDGE et la couverture professionnelle des élections en Guinée. A partir de cette formation de 5 jours, je serai à mesure de couvrir une élection avec les termes liés à une élection en respectant l’éthique et la déontologie des journalistes. J’ai pu avoir des éléments que j’ignorais avant cette formation. Les facilitateurs étaient vraiment à la hauteur et ils maitrisaient parfaitement les sujets. Nous savions que nous avions un rôle capital à jouer dans le processus électoral, mais nous ignorions certains éléments pouvant nous aider à véritablement  joué le rôle qui nous ai dévolu à chaque étape du processus électoral. Cette porte ouverte de la CENI aux hommes de médias ne doit plus se refermer sinon les citoyens se plaindront encore de la non communication de la CENI sur ses opérations électorales. Pour finir, je dis merci à la CENI et à tous les facilitateurs de cet atelier BRIDGE. »

Mamadou Siré Diallo, groupe de presse Lynx-Lance


« Mes impressions au terme de ses 5 jours de formation sont bonnes. L’intitulé de cette formation a été bien muri. J’avoue que j’étais totalement étranger à ce terme de BRIDGE. Par la bonne volonté de la CENI, j’ai appris le curriculum du BRIDGE. Mieux, j’ai été formé pour la couverture professionnelle et responsable des élections. J’avoue que cette formation m’a permis de comprendre ce que sait qu’un processus électoral. Il faut aussi apprécier le moment choisi pour la tenue de cette formation, à la veuille d’une échéance importante, je veux parler des élections locales que nous devons couvrir. La plupart des journalistes ici présents n’ont jamais couvert une élection locale. Dans la salle, on remarquait que les participants constituent une jeune génération de journaliste. Beaucoup ont commencé à couvrir une élection à partir de la présidentielle de 2010. Cette formation nous a permis de connaitre les 3 domaines et les 8 étapes d’un cycle électoral. J’ai appris que mon rôle ne commence  pas à la couverture du jour du scrutin. Je dois être actif avant, pendant et après l’élection. C’est en cela que je salue cette initiative de la CENI. »

Ibrahima Sory Diallo, site internet guineematin.com

 
« Mes impressions ne peuvent être que bonnes. Cette formation m’a permis de connaitre beaucoup de chose. La perception que j’avais à l’égard de la CENI commence à changer. J’avais un regard péjoratif pour cette CENI. En sortant de cette salle, je sais quels sont les problèmes de cette CENI, comment elle fonctionne, ce qu’elle doit faire et comment le faire, avec qui elle travaille et dans quel sens. La CENI fait beaucoup de chose sur le terrain, mais nous ignorons ses efforts parce que tout simplement nous étions éloignés de l’institution. Que les recommandations issues de cette formation ne servent de simple papier pour les armoires et les tiroirs. J’ai compris que la CENI est victime de son indépendance vis-à-vis des acteurs politiques. Je sors de cette formation avec un esprit éclairé sur le rôle que nous devons jouer avant, pendant et après les élections. Je remercie mon association de presse qui m’a envoyé suivre cette formation en choisissant mon organe, je remercie les facilitateurs, je remercie infiniment la CENI. »

Propos recueillis par Aly Badara Condé